Difficile de ne pas être tenté par les promesses de perte de poids « miraculeuses » des régimes minceurs! Plusieurs diètes nous garantissent de «perdre 10 livres en 10 jours». D’un autre côté, l’industrie du régime nous indique qu’une certaine «cure détox» fera fondre notre graisse en quelques jours seulement… En janvier, après le temps des fêtes, et au printemps, la popularité des régimes est à son apogée! À la limite, il peut sembler qu’on “s’abandonne” si on ne se “prend pas en main” à ces périodes de l’année. Mais à quel prix…

Qu’est-ce qu’un régime / diète?

Lorsque l’on veut perdre du poids, il est important de comprendre que «faire attention à son alimentation» ou «manger santé» s’avère être un régime en soi, puisque cela nous amène à couper certains aliments de notre alimentation. Dans le jargon, on nomme ces aliments catégorisés comme étant “mauvais” comme étant des “aliments interdits”.

S’il est vrai qu’un régime restrictif peut engendrer une perte de poids rapide et impressionnante, cette lune de miel prend généralement fin abruptement.  En effet, en coupant des «aliments interdits» de son alimentation, on augmente l’obsession envers ceux-ci. Par le fait même, nous pouvons passer quelques semaines sans en manger, mais lorsque nous retrouvons ces aliments devant nous lors d’un party entre amis ou lors d’une sortie quelconque, nous flanchons et en mangeons alors de grandes quantités. Les commentaires désobligeants envers nous-mêmes que l’on s’infligent à ce moment frappent fort!

Ce qui vient de se produire est le phénomène de restriction et de compulsion. Comme le corps ne peut se priver de glucides ou de gras sur une longue période, l’envie envers les aliments riches en sucre ou en gras augmentera tôt ou tard et nous nous ferons prendre à notre propre jeu…Il en va de soi avec le fait de suivre un plan alimentaire. Les plans alimentaires sont souvent très restrictifs et amènent la personne à culpabiliser lorsqu’elle déroge des recommandations prônées. Cette méthode drastique de perte de poids favorise le contrôle alimentaire et s’accompagne souvent de rages d’aliments variés.

Enfin, quand on parle de régime /diète, on parle aussi du fait de faire un jeûne, une cure ou de prendre des produits amaigrissants variés, tels que des pilules amaigrissantes ou autres. Bref, une multitude de régimes existent sur le marché et nous devons être conscient des impacts négatifs que peuvent avoir ceux-ci sur notre corps! Lorsqu’on fait un régime, c’est un peu comme si on détruit la fondation de notre maison à coup de pioche… ça risque de s’écrouler.

 

Une perte de poids à court terme : un bien grand danger

Il est intéressant de savoir que ni l’efficacité et ni l’innocuité de plusieurs produits, services et moyens amaigrissants n’ont encore été démontrées clairement par la littérature scientifique. En effet, les régimes se soldent la plupart du temps par une reprise complète du poids perdu. Entre autres, les études démontrent qu’après cinq ans, jusqu’à 95 % des personnes reprennent le poids perdu et que parmi ces 95% qui auront repris leur poids, 60% en auront repris plus qu’au départ. Bien sûr, la reprise de poids sera souvent vue comme un échec.

Ceci portera d’ailleurs plusieurs personnes à essayer un autre régime par la suite et à entrer dans le cercle vicieux du poids «yo-yo». En réalité, plus les tentatives de pertes de poids sont nombreuses et durent dans le temps, plus les effets dommageables pour la santé physique et psychologique se font ressentir. Ce n’est pas vous le problème, c’est la stratégie en soi qui n’est pas la bonne!

Une perte de muscles et d’eau

La perte de poids spectaculaire qu’entraînent de tels régimes à court terme pourrait laisser croire qu’ils sont efficaces. Au contraire, la majeure partie du poids perdu s’explique par une déshydratation (perte d’eau) et une perte de masse maigre (muscles), plutôt que par une perte de graisse. Par exemple, en quelques semaines seulement, une diète de moins de 1 000 calories peut entraîner une perte de 20 % de la masse musculaire. Et comme les muscles sont les tissus les plus énergivores au repos, une diminution de la masse musculaire entraîne inévitablement une diminution du métabolisme de base. Le corps entre en quelque sorte en hibernation pour protéger ses réserves!

Ainsi, lorsqu’une personne recommence à manger comme avant, elle peut prendre quelques kilos en plus, simplement parce que ses dépenses énergétiques au repos se sont abaissées lors du régime strict. De plus, à la suite d’un régime drastique, le corps a tendance à entreposer sous forme de graisse les calories dont il a si longtemps été privé pour se préparer encore au pire.

Les pertes de poids en lien avec la restriction: dommageables pour la santé

Votre corps a besoin d’énergie et de nutriments essentiels pour assurer son bon fonctionnement. La privation associée à un régime l’expose à plusieurs perturbations. En plus d’être inefficaces à moyen et long terme, les régimes restrictifs comportent de nombreux risques pour la santé physique et psychologique :

-Effet «yo-yo» des régimes drastiques: regain de poids et sentiment d’échec;

-Fonte musculaire et perte d’eau associées aux tissus perdus, entraînant une diminution du métabolisme de base et des dépenses énergétiques au repos;

-Risque de déshydratation, d’hypotension, de troubles de la digestion (constipation, diarrhée), de perturbation hormonale, de perte de cheveux et de crampes musculaires;

-Risque de carences nutritionnelles en protéines, lipides essentiels, en calories, en certaines vitamines et minéraux (en fer, calcium, etc);

-Risque de maladies, telles l’anémie ou l’ostéoporose;

-Risque de déséquilibre électrolytique, d’arythmie et d’arrêt cardiaque lié à un régime hypocalorique sévère;

-Risque de gain de poids associé aux tentatives répétées de perte de poids;

-Développement d’une relation malsaine avec la nourriture et avec le corps;

-Perte de contact avec les signaux de faim et satiété;

-Fatigue intense, mal de tête, difficulté à se concentrer et diminution de la productivité;

-Diminution de l’estime de soi, insatisfaction corporelle, sentiment d’échec et de culpabilité;

-Préoccupation excessive à l’égard du poids, ou encore développement de troubles alimentaires (anorexie, boulimie, hyperphagie, etc).

*Notez que ces risques dépendent de la durée, de la nature, de la méthode et de l’ampleur de la restriction calorique.

 

Les fameuses calories!

Dans un processus de perte de poids, il est nécessaire de savoir qu’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises calories. Le corps est complexe, mais pas tant que ça. Une calorie pour le corps est synonyme de source d’énergie. Il est bon de prendre conscience que le corps ne va pas décider de brûler ou d’emmagasiner certaines calories selon le type d’aliment consommé. Toutes les calories provenant de tous les aliments sont sur le même pied d’égalité. Par exemple une calorie provenant d’une carotte a le même impact sur le corps qu’une calorie provenant d’un gâteau ; elle fournit de l’énergie pour faire fonctionner cette machine. Le corps n’a pas de centre d’évaluation précis de la marchandise. Imaginez comme cela serait complexe pour le corps d’évaluer chaque calorie ingérée!

Des calories « engraissantes » ou des comportements « engraissants »?

Les aliments les plus riches en calories ne font pas prendre de poids. Par exemple,  pour un même poids de brownie versus salade, il est vrai que le brownie a plus de calories que la salade. Cependant, en écoutant notre corps, celui-ci nous dira qu’il n’a plus faim pour le brownie bien plus tôt que pour la salade. Il n’y a donc pas d’aliments qui soient engraissants en soi, ce sont les comportements qui le sont lorsqu’on mange au-delà de sa faim!

Suivre ses signaux de faim et satiété avec tous les aliments s’avère possible en appliquant les principes de l’alimentation intuitive. Selon ces principes, notre corps est notre meilleur allié pour nous aider à atteindre notre poids naturel et à le maintenir sur le long terme.

Sur ce, faites confiance à votre corps et éloignez-vous des régimes qui ne fonctionnent qu’à court terme!

“ Il n’y a rien de pire que de marcher avec enthousiasme dans la mauvaise direction!” – KEITH CUNNINGHAM

Bonne réflexion!

         Laurence Gauvin Nutritionniste et Coach, Clinique Muula